MAURITS CORNELIS ESCHER (1898-1972)

Lézards graphiques

Baarn, 1943. En Hollande, le graveur M.-C. Escher a inventé un étrange univers …

C'était un petit lézard vert qui dormait tranquillement avec ses frères dans un dessin de M.-C. Escher.
Une nuit, il s'éveilla, sortit de son dessin, et se mit à explorer le terrain.

M.-C. Escher M.-C. Escher
M.-C. Escher : Lézards, 1941. Reptiles, 1943.

Il grimpa sur un gros livre, rampa sur un couvercle de métronome, escalada un dodécaèdre, plongea dans un cendrier, puis il retourna sagement dans son dessin.

Il trouva le jeu très intéressant et se promit de recommencer le soir suivant.
Et toutes les nuits, à partir de ce jour-là, il repartit à la découverte de l'étrange univers de son maître.
Il s'aperçut bientôt qu'il n'était pas le seul à se promener la nuit dans l'atelier du graveur.
Près du lavabo, un petit dragon ailé s'amusait à traverser un miroir.
Sur le bureau, deux mains se dessinaient l'une l'autre interminablement.

M.-C. EscherM.-C. Escher
M.-C. Escher : Miroir magique, 1946. Dessiner, 1948.
Près de la corbeille à papier, une famille de fourmis tournait autour d'un ruban torsadé sur un chemin sans fin.

M.-C. Escher M.-C. Escher
M.-C. Escher : Ruban de Moebius, 1963. Concave et convexe, 1955.
Un soir, le petit lézard vert découvrit qu'il pouvait aussi entrer dans les dessins que son maître avait gravés et se perdre dans les labyrinthes gigantesques qu'il avait imaginés.
Alors, la nuit suivante, il réveilla ses frères et, tous ensemble, ils partirent à l'aventure dans ce monde extraordinaire.

Ils commencèrent par dévaler une interminable cage d'escalier.
Ils s'amusèrent à tourner sur un chemin de ronde qui n'en finissait pas de monter.
Ils jouèrent à barboter dans une cascade qui n'en finissait pas de couler.

M.-C. Escher M.-C. Escher M.-C. Escher
M.-C. Escher : La cage d'escaliers, 1951. Montée et descente, 1960. Cascade, 1961.
Pendant toute la nuit, ils découvrirent des constructions imaginaires, des espaces fantastiques et des planètes extravagantes.

Mais aux premières lueurs du jour, ils retournèrent dormir sagement dans leur gravure… en se jurant bien d'y retourner le lendemain.

 

Sylvie Léonard, petites histoires d'artistes

Télécharger le PDF

 

Retour Petites histoires d'artistes